La dépendance énergétique de la Guyane

La Guyane partage avec la Corse et les départements outre-mer l'handicap d'appartenir à une zone non interconnectée au réseau électrique.

Pour faire face au défi énergétique et aux besoins grandissants en énergie de sa population, le recours à l'importation d'énergies fossiles couplé au développement de la production d'énergies renouvelables locales est pour l'instant incontournable, d'où sa dépendance aux énergies fossiles.

L'importation de ces derniers est destinée aux transports, à la production d'électricité, à l'agriculture et à l'industrie.

 

La dépendance aux énergies fossiles de la Guyane diminue progressivement.

Durant l'année 2014, la Guyane fut dépendante à 79% aux énergies fossiles pour son approvisionnement en énergie. Ce taux a diminué progressivement, soit - 12% en 6 ans, c'est bien mieux années après années.

Courbe dépendance énergétique

Téléchargement Excel

Le taux de dépendance énergétique indique la part d'énergie qu'un pays doit importer. En Guyane, ce taux dépend de la production hydraulique et de ses variations annuelles et saisonnières. En cas de sécheresse longue durée, il faut pallier le manque d'énergie que produit la centrale hydroélectrique par les énergies fossiles : les hydrocarbures importés.

Ce taux augmente de manière globale du fait de la croissance démographique du territoire qui induit à la hausse du secteur transport.

 

Comparatif du taux de dépendance énergétique des zones non interconnectées

 Comparaison des ZNI

Téléchargement Excel

Parmi les zones non interconnectées, La Guyane et La Réunion sont les départements les moins dépendants aux énergies fossiles pour leur approvisionnement énergétique.

Toutefois, il est très important de prendre en compte le fait que tous les départements ne disposent pas du même potentiel énergétique exploitable (géothermie, hydroélectricité, éolien...).

Les ressources locales de chaque ZNI

- La Guadeloupe dispose d'un site géothermique, d'installations photovoltaïques, des éoliennes ainsi que de la bagasse, lui permettant de produire de l'électricité dans l'archipel.

- La Martinique s'est engagée dans une démarche forte de développement des énergies d'origine renouvelable et de grands projets tels qu'une usine bagasse biomasse, de l'éolien et du photovoltaïque avec stockage ou encore l'énergie thermique des mers.

- Les départements comme La Réunion et la Guyane disposent de courants d'eau leur permettant de produire de l'hydroélectricité mais aussi des installations photovoltaïques.

Les observatoires de Corse, Martinique, Guyane, La Réunion et Guadeloupe ont développé de multiples échanges au sein du Réseau Rare et ont permis de réaliser la présente comparaison entre les Zones Non Interconnectées.

Télécharger ici, la comparaison entre les Zones Non Interconnectées.

 

La loi de transition énergétique pour la croissante verte

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte a été promulguée le 17 août 2015 et publiée au journal officiel le 18 août 2015.

Ce texte de loi fixe les grands objectifs du modèle énergétique français à l'horizon 2025 et la trajectoire à suivre pour y parvenir.

L'objectif de la Guyane à l'horizon 2030 est de mettre un terme à cette dépendance énergétique en utilisant toutes les richesses de la nature pour fabriquer l'énergie et acquérir une autonomie énergétique.

Les émissions de gaz à effet de serre devront être réduites de 40% à l'horizon 2030 et divisées par quatre d'ici 2050. La consommation énergétique finale sera divisée par deux en 2050 par rapport à 2012.

Télécharger ici, la loi de transition énergétique pour la croisante verte.